Devant le G20, le chef de l’ONU insiste sur la solidarité internationale pour reconstruire le monde post-Covid

NEW YORK, USA, le 3 Septembre 2020,-/African Media Agency (AMA)/- « Alors que nous travaillons ensemble pour nous en sortir, il est vital d’aller de l’avant de manière coordonnée », a déclaré M. Guterres.

Il a exhorté le G20 à convenir de critères objectifs communs en ce qui concerne la suppression des restrictions de voyage, sur la base de preuves scientifiques. Il a aussi jugé nécessaire d’accroître les investissements dans les systèmes et les pratiques qui favorisent la sécurité des déplacements – en étroite coordination avec le secteur privé.

Le chef de l’ONU a appelé à renforcer la coordination des mesures préventives – en particulier l’utilisation plus systématique des tests et du traçage et d’autres actions éprouvées pour éviter la propagation du virus et permettre un contrôle efficace des impacts potentiels d’une mobilité accrue.

Il a aussi exhorté à garantir le plein respect des droits de l’homme et du droit international des réfugiés.

Enfin, il a appelé à convenir que les futurs vaccins seront considérés comme un bien public mondial qui sera disponible et abordable partout.

Lutter ensemble contre la pandémie

Le Secrétaire général a estimé devant les chefs de la diplomatie du G20 qu’il y avait des progrès à faire dans la capacité à lutter ensemble contre la pandémie. Il a noté également un « manque de solidarité internationale efficace pour répondre aux impacts économiques et sociaux et aux fragilités sous-jacentes exposées par la pandémie ».

« Depuis le début, les Nations Unies ont appelé à un soutien mondial massif pour les personnes et les pays les plus vulnérables », a-t-il dit. « Nous avons besoin de mécanismes de solidarité pour garantir que le monde en développement en bénéficiera également pleinement ».

Selon M. Guterres, il s’agit notamment d’augmenter les ressources disponibles pour les institutions financières internationales et de faire beaucoup plus pour faire face à l’escalade de la crise de la dette.

« Les solutions à l’urgence de la dette doivent inclure une extension de l’Initiative de suspension du service de la dette au moins jusqu’à la fin de 2021, un élargissement de sa portée à tous les pays vulnérables, ainsi qu’un allégement complet de la dette pour certains pays dans le besoin », a-t-il dit.

« Nous devons tirer parti des flux de capitaux transfrontaliers pour répondre à la crise en préservant la liquidité mondiale, en réduisant le coût des envois de fonds et en combattant les flux financiers illicites », a-t-il ajouté.

Selon le Secrétaire général, pour mieux se relever, il faut également s’attaquer aux inégalités profondes, notamment en ce qui concerne le genre.

« Plus que jamais, nous avons besoin d’une solidarité internationale efficace – et d’une action concertée du G20 – pour faire progresser ces domaines prioritaires et construire un monde plus inclusif, résilient et durable pour tous », a-t-il conclu.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.