CAMEROUN : VIOLENCES ÉLECTORALES DANS LES RÉGIONS ANGLOPHONES

NAIROBI, Kenya, le 13 Février 2020 -/African Media Agency (AMA) /- Des séparatistes armés dans les régions anglophones du Cameroun ont enlevé plus d’une centaine de personnes, incendié des biens et menacé des électeurs dans la période précédant les élections du 9 février 2020. Les forces de sécurité de l’État n’ont pas suffisamment protégé les civils des menaces posées par les séparatistes, mais ont plutôt commis de nouveaux abus à leur encontre au cours de la même période.

« Les dirigeants séparatistes devraient clairement donner pour instruction à leurs combattants de cesser leurs crimes contre les civils », a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale chez Human Rights Watch. « Le gouvernement du Cameroun devrait veiller à ce que ses forces de sécurité donnent la primauté aux civils, en mettant un terme à leurs violations, en accordant la priorité à la protection des civils et en tenant les auteurs d’abus pour responsables de leurs actes. »

Human Rights Watch a interrogé 55 victimes et témoins de crimes commis par des séparatistes armés et les forces gouvernementales depuis que les élections ont été annoncées en novembre 2019, ainsi que des membres des partis d’opposition, des candidats et d’autres résidents des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Human Rights Watch a également analysé des images satellites et des séquences vidéo pour corroborer de manière indépendante certains témoignages.

Les affrontements entre séparatistes armés et forces gouvernementales, ainsi qu’entre factions séparatistes rivales, ont fait des morts parmi les civils, des personnes ayant été tuées délibérément ou prises entre deux feux. Plusieurs dizaines de personnes au moins ont été tuées dans de nombreux incidents depuis novembre, selon ce qu’il ressort de l’examen de rapports crédibles des médias, de documents produits par certaines agences des Nations Unies et des recherches de Human Rights Watch. Cependant, en l’absence de mécanisme officiel de surveillance du nombre de civils tués au cours de la crise, la confirmation fiable du nombre de personnes tuées, des circonstances entourant leur mort et des auteurs présumés demeure difficile.

Les séparatistes armés s’en sont pris aux personnes souhaitant participer aux élections législatives et municipales, que ce soit en tant que candidats, fonctionnaires électoraux, activistes ou citoyens. Parmi les personnes ciblées, ont figuré des membres et des partisans du parti du Front social démocrate (Social Democratic Front, SDF), que les séparatistes accusent de ne pas être solidaires de leur cause. Des séparatistes ont incendié au moins trois bureaux de Elections Cameroon (ELECAM), l’organe électoral national, à Misaje, dans la région du Nord-Ouest, le 7 janvier 2020 ; à Babessi, région du Nord-Ouest, le 16 janvier ; et à Tombel, région du Sud-Ouest, le 2 février. Des séparatistes ont également incendié un bureau de poste où était entreposé du matériel électoral à Bafut, dans la région du Nord-Ouest, à la veille des élections, ainsi qu’au moins sept maisons appartenant à des représentants du gouvernement et à des candidats dans diverses localités de la région du Nord-Ouest, depuis novembre 2019.

Plutôt que de protéger les civils contre ces attaques, les forces gouvernementales ont commis elles-mêmes des violations à leur encontre. Entre le 17 et le 20 janvier 2020, les forces de sécurité ont mené une opération militaire à Bali, dans la région du Nord-Ouest, détruisant plus de 50 maisons et tuant plusieurs civils, dont deux hommes présentant une incapacité intellectuelle.

(Nairobi) – Des séparatistes armés dans les régions anglophones du Cameroun ont enlevé plus d’une centaine de personnes, incendié des biens et menacé des électeurs dans la période précédant les élections du 9 février 2020. Les forces de sécurité de l’État n’ont pas suffisamment protégé les civils des menaces posées par les séparatistes, mais ont plutôt commis de nouveaux abus à leur encontre au cours de la même période.

« Les dirigeants séparatistes devraient clairement donner pour instruction à leurs combattants de cesser leurs crimes contre les civils », a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale chez Human Rights Watch. « Le gouvernement du Cameroun devrait veiller à ce que ses forces de sécurité donnent la primauté aux civils, en mettant un terme à leurs violations, en accordant la priorité à la protection des civils et en tenant les auteurs d’abus pour responsables de leurs actes. »

Human Rights Watch a interrogé 55 victimes et témoins de crimes commis par des séparatistes armés et les forces gouvernementales depuis que les élections ont été annoncées en novembre 2019, ainsi que des membres des partis d’opposition, des candidats et d’autres résidents des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Human Rights Watch a également analysé des images satellites et des séquences vidéo pour corroborer de manière indépendante certains témoignages.

Les affrontements entre séparatistes armés et forces gouvernementales, ainsi qu’entre factions séparatistes rivales, ont fait des morts parmi les civils, des personnes ayant été tuées délibérément ou prises entre deux feux. Plusieurs dizaines de personnes au moins ont été tuées dans de nombreux incidents depuis novembre, selon ce qu’il ressort de l’examen de rapports crédibles des médias, de documents produits par certaines agences des Nations Unies et des recherches de Human Rights Watch. Cependant, en l’absence de mécanisme officiel de surveillance du nombre de civils tués au cours de la crise, la confirmation fiable du nombre de personnes tuées, des circonstances entourant leur mort et des auteurs présumés demeure difficile.

Les séparatistes armés s’en sont pris aux personnes souhaitant participer aux élections législatives et municipales, que ce soit en tant que candidats, fonctionnaires électoraux, activistes ou citoyens. Parmi les personnes ciblées, ont figuré des membres et des partisans du parti du Front social démocrate (Social Democratic Front, SDF), que les séparatistes accusent de ne pas être solidaires de leur cause. Des séparatistes ont incendié au moins trois bureaux de Elections Cameroon (ELECAM), l’organe électoral national, à Misaje, dans la région du Nord-Ouest, le 7 janvier 2020 ; à Babessi, région du Nord-Ouest, le 16 janvier ; et à Tombel, région du Sud-Ouest, le 2 février. Des séparatistes ont également incendié un bureau de poste où était entreposé du matériel électoral à Bafut, dans la région du Nord-Ouest, à la veille des élections, ainsi qu’au moins sept maisons appartenant à des représentants du gouvernement et à des candidats dans diverses localités de la région du Nord-Ouest, depuis novembre 2019.

Plutôt que de protéger les civils contre ces attaques, les forces gouvernementales ont commis elles-mêmes des violations à leur encontre. Entre le 17 et le 20 janvier 2020, les forces de sécurité ont mené une opération militaire à Bali, dans la région du Nord-Ouest, détruisant plus de 50 maisons et tuant plusieurs civils, dont deux hommes présentant une incapacité intellectuelle.

Une femme qui s’est enfuie dans la forêt lorsque les forces de sécurité se sont approchées de son quartier, Sang, a décrit ce qu’elle a vu depuis sa cachette :      

Les militaires sont arrivés le 19 janvier vers 13 heures. Ils sont arrivés à pied et ont commencé à tirer partout. Je me suis enfuie avec mes quatre enfants et je me suis cachée à proximité. J’ai vu comment les soldats ont mis le feu à ma maison ainsi qu’à mon atelier ; ils ont tout détruit.

Les habitants de Bali interrogés ont déclaré que les séparatistes qui étaient en ville avaient fui bien avant l’arrivée des militaires et qu’il n’y avait pas eu d’affrontement entre les forces de sécurité et les séparatistes.

Un résident de Bali âgé de 55 ans dont la maison a été incendiée par les militaires le 17 janvier a expliqué :      

Des dizaines de soldats camerounais sont venus à Bali avec des voitures et des camions blindés. Ils ont pris pour cible les maisons des dirigeants du SDF et les maisons des civils où ils soupçonnaient que les séparatistes se cachaient. L’armée est venue punir et effrayer la population. Alors que les militaires approchaient de mon quartier, Paila, je me suis enfui et je me suis caché. Ma maison a été rasée. J’ai compté 28 soldats en train d’y mettre le feu et d’emporter des sacs d’objets pillés, dont une télévision et de la nourriture.

Les forces de sécurité ont également fouillé l’hôpital du district de Bali le 19 janvier, provoquant la fuite de certains patients qui avaient peur. Un membre du personnel médical de l’hôpital a déclaré à Human Rights Watch :     

J’étais de service lorsque six gendarmes armés sont entrés dans nos locaux vers 13 heures. Ils m’ont demandé où nous cachions et soignions les séparatistes. J’ai répondu que nous n’avions que des patients. Ils voulaient que je leur montre toutes les salles. Ils sont entrés dans toutes les unités, y compris la maternité. J’avais peur de leurs armes, tout comme les patients, et certains ont paniqué et se sont enfuis par peur.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Human Rights Watch.

Close Menu

Promotion​ d’événements


Le succès d’un événement réside en moitié dans sa promotion. Peu importe la beauté de l’événement, la qualité des orateurs et de l’ordre du jour, si personne ne rapporte ou ne parle de votre événement, vos efforts seront vains. Nous vous aidons à façonner votre récit et à créer un engouement autour de votre événement. De l’annonce de l’événement à la tenue de celui-ci, nous accompagnons votre effort de planification et le reflétons sur toutes les plateformes médiatiques.​

Formation​ Médiatique


Nous fournissons à vos porte-paroles les outils nécessaires pour présenter vos principaux messages et répondre avec confiance et cohérence aux questions. Notre formation est organisée soit à distance ou en présentiel, avec des études de cas réels et des répétitions. Nos clients repartent avec le sentiment d’être à l’aise devant les journalistes et d’agir en tant qu’ambassadeurs de la marque.

Veille​ Médiatique


Nous mesurons votre portée en relations publiques et rendons compte des informations de votre industrie et des activités de vos  concurrents en surveillant la majorité des canaux de diffusion dans toute l’Afrique. Une veille médiatique complète et opportune est essentielle pour s’assurer que vous ne manquez aucune référence à votre marque, que vous êtes constamment informé de ce qui se passe dans votre industrie et que vous êtes prêt à saisir les opportunités et à réduire les risques en temps opportun.

Relations​ Média


Peu importe le lieu où ils se trouvent, nous sommes une source d‘informations fiables pour les journalistes qui écrivent sur l’Afrique. Nous nous connaissons mutuellement et ils nous font confiance, car nous leur fournissons un contenu crédible qui les aide dans leurs tâches. Nous nous entretenons quotidiennement avec des journalistes aux quatre coins du continent, ce qui fait de nous l’un des organismes les plus efficaces pour mener des campagnes de relations avec les médias.

Stratégie et développement de contenu


Nous créons des stratégies de communication intelligentes, bien documentées et spécialisées destinées à vous aider à construire un récit fort qui engagera votre audience. Nous travaillons en synergie avec vous afin de rédiger des communiqués de presse et des articles d’opinions qui alimentent le récit de votre entreprise. Notre équipe a une expérience approfondie dans la création de récits et le développement de contenu multimédia.

DIFFUSION DE COMMUNIQUES​ DE PRESSE​


C’est le service phare d’AMA. Nous avons mis en place des canaux de diffusion des communiqués de presse auprès des journalistes des 54 États africains ainsi qu’auprès des journalistes américains et européens couvrant les sujets relatifs aux marchés émergents.​

​Nos services comprennent:​

Event Promotion


Half of the success of an event lays in its promotion. Doesn’t matter how beautiful the event is, how wonderful the speakers and the agenda are, if no one reports or talks about your event, your efforts are gone. We help you shape the narrative and create a drumbeat around your event. From the announce all the way to the outcome of the event, we accompany your planning effort and echo it through all media platforms

Media Training


We provide your spokespeople with the tools to present your key messages and answer questions with confidence and coherence. Our training is organised either remotely or face-to- face, with real case studies and rehearsals. Our clients leave feeling comfortable being in front of reporters and acting as brand ambassadors.

Media Monitoring


We measure and report on
your PR reach, industry news, and competitive activity by monitoring most channels in North, West, Central, East and Southern Africa. Comprehensive and timely media monitoring is critical to ensuring that you don’t miss any reporting of your brand,
you’re constantly informed on what’s going on around your business, and you’re ready to capitalise on opportunities and mitigate
risks in a timely fashion..

Media Relations


We have become an authoritative source of news for reporters writing about Africa, wherever they are. We know them, they know us, and they trust us for providing them with timely and accurate content that helps them do their job. We speak to reporters on a daily basis in all corners of the continent and this makes us one of the most effective agencies in running media relations campaigns.

Strategy & Content Development


We create smart and localised communications strategies to help build a strong narrative that will engage your audiences. We partner with you to create press releases and thought leadership pieces that sustain a drumbeat for your company’s narrative. Our team have deep experience in shaping narratives and developing media content.

PRESS RELEASE WIRE DISTRIBUTION

This is AMA’s flagship service. We have set up channels of distribution towards the journalists of the 54 African states, as well as to American journalists and European journalists covering emerging markets issues.
Our service includes:

Editorial advice

Localised editorial piece when needed

Distribution to the major print, broadcast and online publications along with industry-specific publications

Follow-up calls to secure interview request

Guaranteed distribution to Africa.com

Distribution to Bloomberg, LexisNexis and Thomson Reuters

Social Media Reach: Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram

Full online monitoring and print monitoring when available. Includesreadership stats and Advertising Value Equivalent

Translation in French, Arabic and Portuguese available